Articles

Affichage des articles du mars, 2019

MINEUR-E-S NON ACCOMPAGNÉ-E-S : LES EXAMENS OSSEUX DOIVENT ÊTRE DÉCLARÉS CONTRAIRE AUX DROITS FONDAMENTAUX DES ENFANTS.

En centre de rétention nous ne rencontrons pas de mineurs isolés car ils ne peuvent y être enfermés.
Ils sont soit laissés livrés à eux-mêmes dans la rue, soit, quand ils sont reconnus mineurs, pris en charge par l'Aide sociale à l'enfance. Ce qui ne veut pas dire qu'on s'occupe vraiment d'eux. Ils sont souvent simplement hébergés dans un hôtel social sans suivi particulier.
Pour la détermination de leur minorité, les papiers officiels qu'ils peuvent produire, acte de naissance etc., ne sont jamais reconnus comme tels. L'usage est la suspicion de fraude et le test osseux systématique.


Communiqué commun de la Cimade, de l'ANAFÉ, de Médecins du Monde, du GISTI, du syndicat des Avocats de France, du syndicat de la Magistrature, du Secours Catholique, d'Avocats sans frontières, de La Ligue des droits de l'homme.