Articles

AUDIENCE DU JLD EN VISIOCONFÉRENCE : 2 heures, 8 retenus, 8 maintiens en rétention

Compte rendu de l'Audience du Juge des libertés et de la détention du 4.02.2021, Tribunal Judiciaire de Paris par Odile et Annick       Après une ouverture compliquée et parfois houleuse, le palais de justice de la porte de Clichy semble avoir trouvé un fonctionnement plutôt serein.  Ignorant les mesure prises pour cause de Covid,  craignant de mourir de faim et de soif pendant les longues heures d’audience, je me suis munie d’un casse-croute, d’une bouteille d’eau et… d’une thermos en inox ! Première erreur : la gourde est repérée au scanner et je suis sommée de la laisser auprès de l’agent de sécurité. « Pourquoi ?, demandai-je, assez faussement naïve.     ⁃    Mais enfin, Madame, vous imaginez un peu : si vous lancez ça à la tête du juge, vous pouvez le tuer ! ( donc, je laisse ma thermos arme par destination, avec ordre de la récupérer avant 16h, sinon, elle part à la poubelle) Après cet incident mineur, trouver la salle du JLD est un jeu d’enfant. Je ne peux pas m’

RÉCIT DE SON AUDIENCE AVEC LE JLD EN VISIOCONFÉRENCE PAR UN RETENU ET ANALYSE DE CETTE PRATIQUE

  Au CRA de Vincennes, la police ne conduit plus le retenu   au Tribunal de Grande Instance. Le Juge de la Liberté et de la Détention (JLD) tient audience à distance du prévenu, en vidéoconférence depuis le début de la pandémie de coronavirus. Pendant le   confinement imposé jusqu’en mai, des audiences se sont même tenues par téléphone, depuis le domicile du Juge… Puis   ce fonctionnement dérogatoire à distance est devenu la pratique courante de l’audience judiciaire dans les procédures pour étrangers en infraction administrative par rapport à la règlementation sur   l’entrée et du séjour en France.   1 - L’audience vue par le retenu : une caricature de justice, expéditive et humiliante.

TÉMOIGNAGE D'UNE AUDIENCE DU JUGE DES LIBERTÉS ET DE LA DÉTENTION PAR VISIOCONFÉRENCE

  La COVID 19 est une bonne occasion pour les autorités d'expérimenter (et sans doute de pérenniser) les audiences par visioconférence, la ou le magistrat.e étant au palais et le retenu restant au CRA. Nous avons donc décidé d'aller observer comment cela se passe et les conséquences possibles pour le retenu. C.R. de l’audience  du JLD au palais de justice de la Porte de Clichy le lundi 11 janvier 2021 Nous pénétrons dans cet univers de la justice après un contrôle de sécurité strict comparable à celui d’un aéroport.

RETOUR SUR LA MARCHE DES SANS PAPIERS À PARIS LES 16 ET 17 OCTOBRE 2020

Image
Si la COVID 19 a occupé beaucoup de place ces derniers mois, cela n'a pas empêché la marche des sans papiers d'avoir lieu entre le 18 septembre et le 17 octobre. Retour sur les 16 et 17 octobre, jours de son arrivée à Vincennes et de son défilé à Paris.     Devant le CRA de Vincennes… Les marches des sans papiers sont parties des quatre coins de la France le 18 septembre : sud, est, ouest, sud ouest, nord. Elles ont, pendant un mois, convergé vers Paris, accueillies en route par des municipalités, des associations, des citoyens. Leur message est clair : régularisation des sans papiers, fermeture des centres de rétention et un logement pour toutes et tous. En route, les différentes marches n’ont pas manqué d’aller manifester devant les CRA et il en a été de même en région parisienne, avec un passage devant le LRA (lieu de rétention administrative) de Choisy et une marche vers le CRA de Vincennes, organisée par la coordination des sans papiers de Montreuil, soutenue par la Fasti,

Le gouvernement continue de mettre en danger la santé des personnes enfermées en rétention : poursuites et condamnations pour refus de tests PCR

Texte introductif de l'Observatoire de l’enfermement des étrangers (OEE) :   Fermement décidée à multiplier les expulsions en dépit du contexte pandémique, l'administration tente d'imposer des tests de dépistage aux personnes qu'elle entend renvoyer vers des pays qui exigent la production de tests négatifs.   Pire, des poursuites sont engagées et des condamnations prononcées pour "obstruction à l'exécution d'une mesure d'éloignement" contre les personnes qui refusent légitimement de se soumettre à ces tests.   Ces pratiques et ces poursuites sont absolument incompatibles avec les principes de bioéthique qui gouvernent le respect du corps humain, tout comme elles le sont avec les principes qui gouvernent l'interprétation et l'application du droit pénal.   L'administration et l'autorité judiciaire doivent y mettre fin sans délais.   Pour contribuer à la défense des personnes qui y sont exposées, l'OEE a élaboré un bref argument

LE CRA ET LE COVID : première visite après le déconfinement

C’est avec une certaine curiosité et une bonne dose d’appréhension que j’ai effectué ma première visite post confinement au CRA, début août. J’ai tout pour être mal à l’aise, car l’amie qui m’accompagne, a oublié sa carte d’identité et ne peut pas entrer, j’y vais donc seule, ce que je n’aime pas du tout… Notre pratique est de toujours être deux. On essaye d'éviter ainsi divers problèmes : subjectivité, difficultés de compréhension, analyse commune de la visite...

CORONAVIRUS ET RÉTENTION, APRÈS UBU, KAFKA

Prisonnier, retenu, confiné, isolé : le calvaire d’un étranger sans papiers face au coronavirus Dans un précédent post (octobre 2019), j’évoquai la figure burlesque et grinçante d’Ubu roi pour relater les incohérences présidant au traitement d’étrangers enfermés dans les CRA. Aujourd’hui, avec la crise du coronavirus, la situation vire au drame et il me faut évoquer Kafka. Comme je le signalai dans un post du 22 avril , les prisons ont libéré un certain nombre de détenus en fin de peine ou ayant purgé leur peine. Sage décision qui a permis un désengorgement salutaire des lieux de détention où le taux de d’occupation frisait parfois les 120% ! Mais, mais, parmi ces personnes libérées, nombreuses sont étrangères et sans papiers. Vous vous en doutez, pas facile de faire ses papiers quand on est incarcéré ! Au début de la crise du coronavirus, tout allait plutôt bien à la prison de Fresnes : la préfecture du 94 ne s’y rendait plus, donc les étrangers sans papiers ne po