Articles

Affichage des articles du décembre, 2017

EMMANUEL MACRON ET LE COUTEAU DE LICHTENBERG 4/4 LE PROCÈS POLITIQUE DE LA SOLIDARITÉ

suite et fin

•    21 août 2017 par Eric Fassin

 « Ça fait vingt ans qu’on nous dit d’aller voter, faire barrage au Front national et aux idées d’extrême droite. Mais ces idées d’extrême droite elles sont là, elles sont appliquées par la justice ! » Le 8 août, jour de son jugement, Cédric Herrou dénonce la responsabilité de nos gouvernants : « C’est une politique d’extrême-droite, j’interpelle M. Macron, il faut qu’il se positionne là-dessus. »

Le président de la République ne semble pas avoir entendu l’appel de Cédric Herrou.

LE PROCÈS POLITIQUE DE LA SOLIDARITÉ (3/4) les ONG EN MÉDITERRANÉE

Le procès politique de la solidarité (3/4) : les ONG en Méditerranée
•    17 août 2017 par Éric Fassin

Pour appréhender le sens du procès politique intenté en France à la solidarité, il faut examiner aussi ce qui se passe au niveau européen avec les dizaines de milliers de migrants qu’on laisse mourir pendant leur traversée depuis l’Afrique… ou plutôt qu’on fait mourir aujourd’hui. Car, si la Méditerranée est devenue un véritable cimetière marin, c’est bien l’effet d’un choix politique européen.

NOUVELLE RÉVOLTE ET INCENDIE AU CRA : PAS ÉTONNANT

Le 6 décembre, surlendemain d'une nouvelle révolte et d'un nouvel incendie faisant suite à une tentative d'évasion au CRA 3, dans la nuit du 4 au 5 décembre, nous faisions une visite à un retenu. Celui-ci, n'étant pas dans le bâtiment où cela avait eu lieu, a seulement pu nous faire savoir que les retenus du centre incendié avaient été transférés dans le nouveau bâtiment en cours de construction (CRA 4. Eh oui, il faut enfermer, toujours et encore plus !) Les douches n'y étant pas encore en fonction, ils doivent aller se laver dans les autres bâtiments... Espérons pour eux qu'au moins le chauffage est opérationnel !

Cette révolte ne nous a pas étonné.

PASSER L'AÏD EN RÉTENTION...

Passer l’Aïd en rétention : entre violence et désespoir



En appelant les cabines, j’avais eu Lounès (le prénom a été changé) au bout du fil : j’avais été frappée par la qualité de son français, à la fois riche et précis. Nous allons donc le voir, Guy et moi. L’entrée est rapide, un visiteur avec nous, pas de fouille.

Lounès, Algérien, 29 ans, J+10
Nous avons devant nous un homme impressionnant, maigre, le visage profondément marqué, mais surtout, ses deux bras sont entièrement couverts de pansements.