Silence, on enferme !

Après de longues semaines de gestation, voici enfin prêtes les deux soirées que nous organisons les 5 et 6 mai prochains au cinéma La Clef, 34 rue Daubenton à Paris dans le 5ème arrondissement :
Projection de 7 films sur la rétention des étrangers en Europe avec une réunion publique de l'Observatoire de l'enfermement des étrangers le 5 et un débat public le 6 avec Migreurop.
Parallèlement, les dessinateurs Brouck et Meybeck exposeront des planches originales et dédicaceront leurs albums.













PROGRAMME 



Mardi 5 mai 





18 h


Cornebarrieu, Haute-Garonne. Ses 6 000 âmes, son église, ses vestiges gallo-romains et, depuis 2006, son Centre de rétention administrative, érigé par l’État dans l’enceinte de l’aéroport Toulouse-Blagnac. Le vacarme assourdissant des avions en guise de bande son. Interpellée par ce lieu de privation de liberté alors qu’elle menait des recherches dans la région pour un documentaire historique, la réalisatrice Neus Viala a mis des images sur son indignation et celles des citoyens mobilisés devant ces grilles pour mener des veilles et soutenir les retenus. Témoignages de sans-papiers, familles mais aussi juges, avocats, parlementaires, associatifs font exploser aux yeux l’injustice du traitement subi par les personnes enfermées là autant que l’absurdité de la politique de l’immigration, mise en application dans les CRA.
 

En présence de Meybeck, auteur de la BD  CRA - Centre de rétention administrative


En 2012, à Cornebarrieu, Meybeck auteur de bande-dessinée et militant pour le droit des migrants, participe à la campagne « Open access now », organisée par Migreurop et Alternative européenne. Une action qui vise à obtenir l’accès des journalistes et de la société civile aux Centres de rétention. Sortie en août 2014, sa BD dépeint cette mobilisation mais aussi des parcours de migrants poignants.  



19 h – 20 h 30


Réunion publique de l’Observatoire de l’enfermement des étrangers. Thème : « Enfermement des étrangers, enjeux politiques et engagement citoyen ». 



En présence de Nicolas Fischer, chercheur au CNRS spécialiste des questions d’enfermement




Créés sous François Mitterrand au début des années 1980 pour mettre un terme aux rétentions illégales, les CRA privent de liberté les personnes auxquelles l'administration ne reconnaît pas le droit de séjourner en France. En 2013, ils sont plus de 45 000 (dont 3 512 mineurs) à y avoir été enfermés, selon le dernier rapport commun de la Cimade, l'Assfam, Forum réfugiés, France terre d'asile et l'Ordre de Malte, qui révèle « des pratiques absurdes qui ne servent pas les buts politiques affichés ». A quoi bon faire perdurer coûte-que-coûte un dispositif injuste et onéreux ? Fondé pour dénoncer la banalisation de l'enfermement administratif et la pénalisation du séjour irrégulier comme mode de gestion des migrants, l'Observatoire de l'enfermement des étrangers ouvre le débat.



Pause - Buffet - Discussions

★ Exposition de planches du dessinateur Meybeck, séance de dédicace de son album.



21 h
Chaque année en Suisse, des milliers de gens résidant illégalement sont emprisonnés sans procès ni condamnation. Ici, ils peuvent être privés de liberté pendant 18 mois dans l’attente d'une expulsion, contre 45 jours en France. Dans ce huis clos carcéral, le face-à-face entre personnel et détenus prend au fil des mois une dimension d’une intensité parfois insoutenable. S'y nouent des rapports d’amitié et de haine, de gratitude et de rancœur. Jusqu’à l’annonce de l’expulsion, souvent vécue comme un coup de poignard. Quand le générique tombe, une question hante : à quoi tout cela sert-il ? Primé 21 fois dans plus d'une quinzaine de pays, ce documentaire est l'un des plus édifiants films sur la rétention.


Mercredi 6 mai

18 h 30 : 
  • « Rétention », de Thomas Kruithof (France). Fiction / 14’
Un Centre de Rétention en France. Mathilde bataille chaque jour pour défendre les droits des étrangers qui y sont enfermés. Arrive Yuri, Ukrainien sans papiers. Commence alors une course contre la montre pour la jeune femme, qui doit constituer dans l'urgence un dossier pour empêcher son expulsion. Seule fiction au programme, ce film court montre la mission-clé des travailleurs sociaux qui tiennent permanence dans les CRA et l'impuissance avec laquelle ils doivent composer au quotidien.


  • « RESF : un réseau de résistances #4 », mort d’un jeune en rétention, de A. Dreyfus, Ch. Gabory, I. Cusack  (France). Documentaire  / 14’
Créé en 2004, le Réseau éducation sans frontières (RESF) regroupe des mouvements associatifs, politiques, syndicaux et simples citoyens qui luttent contre l'éloignement d'élèves étrangers et aide à la régularisation de jeunes scolarisés sans papiers et de leur famille. Dans ce court-métrage, le réseau des Bouches-du-Rhône revient sur un drame : le décès d'un jeune en rétention.


Très inégale selon les pays de l’Europe, la durée maximale de rétention est indéfinie en Grande-Bretagne. Dans ce documentaire désarmant, Alexis L Wood traite de la détention sans limite de temps que subissent chaque année des milliers de migrants dans son pays. Elle y suit trois personnes prises dans les limbes de ce système, privées de liberté pendant près de... quatre ans. 


Pause - Buffet - Discussions

★ Expositions de planches des dessinateurs Meybeck et Brouck, séance de dédicace de leurs albums. 

Dessinateur de presse, Lionel Brouck – alias, Brouck tout court –  a exercé ses talents dans les colonnes de Siné-Hebdo, L’Humanité ou encore Le Monde. Il est aussi et surtout un artiste engagé et profondément indigné face aux injustices et aux cruautés du monde dans lequel il vit. Une conscience citoyenne qui l’a conduit à s’intéresser aux centres de rétention administrative, à travers un travail mixant dessins et témoignages de retenus. 


20 h 
Pour la première fois en Italie, le ministère de l’Intérieur a autorisé l’accès à une équipe de tournage dans les Centres d’identification et d’expulsion. Le mur de silence entourant ces endroits et les personnes détenues s’est ouvert exceptionnellement, le temps d’une courte visite. Mais il s’est aussitôt refermé, dans l’indifférence du quotidien. Un document rare, de l'autre côté du miroir.
  • « RESF : un réseau de résistances #5 », action contre l’expulsion d’un jeune kurde, de A. Dreyfus, Ch. Gabory (France). Documentaire / 25’
Dans ce court-métrage, les militants RESF Bouches-du-Rhône se mobilisent pour empêcher l'expulsion d'un jeune kurde. Une action parmi tant d'autres menées par le réseau chaque année, comme celle qui empêcha à Yero, un lycéen parisien retenu au CRA de Vincennes en novembre dernier, d'être expulsé.



21 h 30 

Débat - « La rétention en Europe : évolution récentes », avec le réseau Migreurop  


Migreurop est un réseau de militants et chercheurs dont l’objectif est de faire connaître et de lutter contre la généralisation de l’enfermement des étrangers et la multiplication des camps en Europe. Il compte 45 associations et 49 membres individuels dans 17 pays du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Europe. Depuis plus de 10 ans, Migreurop opère un important travail de recensement des camps en Europe mais aussi dans les pays candidats à l'adhésion à l'UE, ceux éligibles à la politique européenne de voisinage et les États qui collaborent à la politique migratoire européenne. En 2011, il recensait ainsi 420 lieux. Dans les 27 pays de l'UE, la capacité de ces centres s'élève à près de 25 000 personnes. La même année, en partenariat avec Alternatives européennes, le réseau lance les campagnes « Open access now », pour réclamer l’ouverture des camps à la société civile et à la presse.




Les 5 & 6 mai 2015 au cinéma La Clef 

ligne 7 Censier–Daubenton - Bus 47 Censier-Daubenton
Tarif : 6,50 € la séance
Infos : 09.53.48.30.54.

Réservations : reservation@cinemalaclef.fr




Partenaires











Posts les plus consultés de ce blog

ENFERMEMENTS A REPETITION ou L’ABSURDITE DU SYSTEME

L’HUMOUR S’INVITE AU CRA

Retour sur l'incendie du mois de juillet au CRA 2 de Vincennes.